La mue saisonnière

Au printemps et à l’automne, le chien, tout comme le chat, renouvelle son pelage : c’est la mue saisonnière. Ce phénomène naturel touche principalement le chien, car son poil répond plus que celui du chat au photopériodisme, c’est à dire à la variation de la durée des jours.

Pour bien comprendre ce qui se passe, voici les trois phases qui composent le cycle pilaire normal :
-phase de croissance, ou  phase anagène, dont la durée détermine la longueur du poil. Cette durée est variable selon la race, les variations hormonales, l’alimentation, la saison, etc.
-phase intermédiaire ou phase catagène,
-phase de repos ou phase télogène.
Durant l’année, le pelage se renouvelle de manière diffuse car les follicules pileux ne sont pas synchronisés entre eux et n’ont pas le même cycle que leurs voisins. En revanche, en période de mue, les follicules pileux ont tendance à se mettre au diapason et il y a une grosse chute de poils d’un coup !

Les races dont le pelage a une croissance courte, tels que les chiens nordiques comme le husky, y sont encore plus exposées. D’autres races, dont le poil a une croissance particulièrement longue tel que le caniche, ne sont pas soumis à la mue saisonnière mais doivent être toiletté régulièrement.
Même si on ne peut empêcher la mue, voici quelques conseils pour y faire face avec sérénité.

Le brossage

La meilleur solution reste un brossage régulier, voir même quotidien, durant ces périodes.
Pour les races de chien et de chat à poils courts vous pouvez utiliser une carde souple quotidiennement et, une  fois par semaine, complétez avec un peigne anti-mue.
Pour les chiens et les chats à poils mi-longs ou longs, utilisez un démêloir puis une brosse plate quotidiennement et complétez le brossage avec un peigne anti-mue deux fois par semaine.  
Veillez à ce que vos brosses/peignes n’irritent pas la peau de votre animal ! La longueur des dents doit être adaptée à la taille du pelage.

Img 7159

L'alimentation

L’autre point à surveiller est l’alimentation. En effet, un régime alimentaire inadapté peut causer  un pelage sec, terne et cassant, qui va tomber facilement. De plus, la repousse du poil sera ralentit.  
N’hésitez pas à demander conseils à votre vétérinaire sur la qualité de l’alimentation de votre chien ou chat et notamment sur la quantité et la qualité des protéines qu’elle contient.

Quand consulter ?

Attention au chat qui, en faisant sa toilette, peut avaler une grosse quantité de poils mort qui vont s’amasser dans le tube digestif et risquent de former une obstruction ! Des traitements préventifs existent, mais là encore, un brossage régulier permet de limiter les risques. Si votre chat mange moins, tousse ou crache à répétition, essaie de vomir sans y parvenir ou ne fait plus de selles depuis 48h, contactez votre vétérinaire.

D’autre part, si la perte de poils de votre animal vous parait anormalement importante ou que des zones dépilées, voire des irritations cutanées apparaissent, n’hésitez pas à contacter votre vétérinaire pour un examen attentif du pelage et de la peau de votre compagnon !

×