Traiter contre les tiques

Présentation des tiques

En France métropolitaine, nous sommes essentiellement confrontés aux tiques dures (famille des ixodidae) représentée principalement par Rhipicephalus sanguineus  et Ixodes ricinus. Les tiques dures ont leur rostre (l’appendice servant à piquer) visible du dessus, dans le prolongement de la tête, chez les tiques molles, qui se rencontrent plutôt dans le Sud-Est,  il est situé en-dessous. Leur habitat se trouve essentiellement dans les zones herbeuses et les sous-bois.
Tick ixodes ricinus 1288

Les tiques possèdent 4 paires de pattes, elles font partie de la famille des acariens. Ces parasites ont besoin de sang pour muer d’un stade larvaire à un autre, et ainsi atteindre l’âge adulte et pouvoir se reproduire. Elles piquent leur hôte, leur salive a un effet anticoagulant qui leur permet de pouvoir prélever le sang à volonté à l’endroit de la piqûre, et reste accrochée plusieurs heures, voire plusieurs jours pour se nourrir avant de se détacher. Durant ce prélèvement de sang, elles peuvent transmettre des maladies comme nous allons le voir ci-dessous.

Trois exemples de maladies transmises par les tiques

1) Un exemple de maladie chez le chien : la piroplasmose

Cette maladie est due à un parasite : Babesia canis, transmit par les tiques (via leur salive) d’un chien à un autre.

Les symptômes chez le chien atteint de piroplasmose sont en général assez marqués :
-abattement, anorexie, parfois vomissement
-hyperthermie pouvant dépasser 40°C
-les urines peuvent se colorer en marron/rouge
Parfois, les symptômes peuvent être plus discrets et se réduire à un « simple » abattement. Si votre chien manque d’entrain 4 à 8jours après une promenade dans les bois ou une partie de chasse, méfiez-vous de ce parasite ! Le vétérinaire réalise un frottis sanguin et peut ainsi voir les parasites qui infestent les globules rouges. Le traitement doit être mis en place le plus rapidement possible. En cas d’atteinte rénale, une hospitalisation peut être nécessaire.

Il existe un vaccin pour protéger votre chien (voir la page « vaccination du chien).

 

2) Un exemple de maladie chez le chat : l'hémobartonellose

Cette maladie infectieuse grave, voire mortelle si non traitée, porte aussi le nom d’anémie infectieuse féline. Elle est transmise par les tiques ou les puces et parfois par morsure. Un chat peut être porteur sain pendant longtemps avant de déclarer la maladie (voir même ne jamais la déclarer). L’hémobartonellose est due à des bactéries des la famille des mycoplasmes qui se fixent aux globules rouges et les détruisent, provoquant une anémie hémolytique.
-L'incubation dure de deux à dix-huit jours mais le chat peut rester porteur sain et ne pas développer la maladie jusqu'à ce qu'un stress ou une autre pathologie la révèle.
-Le chat devient anorexique, abattu, fatigué et peut présenter une fièvre élevée. Les muqueuses pâlissent (ou jaunissent si la lyse des globules rouge est avancée) et la rate grossit de manière réactionnelle à l’avancée de la maladie.

Le vétérinaire pratique des examens sanguins pour mettre en évidence les globules rouges anormaux et évaluer l'anémie. Il peut être parfois nécessaire d’hospitaliser le chat, voire même de la transfuser ! D’où l’importance de réagir rapidement.
Le traitement nécessite des antibiotiques sur une durée d'au moins trois à quatre semaines. Selon la gravité de la maladie et les symptômes associés, d'autres traitements pourront être mis en place. Attention ! Un chat peut tout à fait rester porteur du parasite même après guérison et des récidives sont possibles, par exemple face à une situation de stress, par l’apparition d'autres maladies ou par une immunodépression liée au FIV/FeLV (SIDA/leucose du chat).
Il n'existe pas de vaccin pour lutter contre l'hémobartonellose, il est donc impératif de bien protégé son chat contre l’hémobartonellose à l’aide d’anti-puce/anti-tique!

 

3) Un exemple de maladie zoonotique : la maladie de Lyme

Cette maladie est connue également sous le nom de "borréliose de Lyme" car elle est due à une bactérie appelée Borrelia burgdorferi. Zoonotique (transmissible entre Homme et animal), elle est transmise par les tiques infectées. Elle peut atteindre plusieurs organes comme la peau, les articulations et le système nerveux. En France, la majorité des contaminations survient entre les mois de mars et de septembre.

Non traitée, elle évolue sur plusieurs années voire même plusieurs décennies en trois phases de plus en plus graves, séparées par des périodes asymptomatiques (sans signe de la maladie) :
1) Un érythème qui survient 3-10jours après la morsure de la tique, de forme ovale et pouvant s’étendre sur 50 cm, n’entrainant aucune démangeaison. Il évolue quelques semaines, puis disparait.
Des manifestations générales (maux de tête, douleurs articulaires, hyperthermie, abattement) et un gonflement des ganglions proches de la lésion cutanée peuvent être associés traduisant la dissémination de la bactérie dans l'organisme.
2) Des manifestations cutanées diverses (rougeurs, nodules, etc), douleur articulaire, palpitations, diminution de la force musculaire et, plus grave, des inflammations nerveuses, voire une méningite peuvent apparaître.
3) Des manifestations cutanées diverses réapparaissent en s’aggravant (nodules violacés, atrophie de la peau, etc), on observe des atteintes articulaires parfois très invalidantes et des manifestations neuro-psychiatrique lié à l’atteinte des nerfs et neurones. Ces symptômes apparaissent des mois, voire des années après !

Le traitement repose sur la prise d'antibiotiques et de traitements symptomatiques en cas de forte douleur et ou fièvre associée pour chacune des phases. Il sera d'autant plus efficace s'il est administré rapidement. La maladie présente une évolution très favorable lorsqu'elle est traitée.

Il existe un vaccin, chez le chien uniquement, voir page « vaccination du chien ».

La prévention contre les tiques

Tous les traitements anti-puce n’ont pas nécessairement une action anti-tique. De plus, certains produits ont une action anti-puce plus longue que l’action anti-tique. Demandez conseil à votre vétérinaire pour choisir le produit le plus adapté selon les risques auxquels votre animal est exposé. Il existe des comprimés, pipettes, collier ou spray à appliquer tous les mois à quelques exceptions (certains comprimés ont une action qui peut durer de 5 à 12 semaines). Si vous avez un chat, n’utilisez jamais de produit pour chiens contenant de la perméthrine car ils peuvent avoir de grave conséquence (convulsion, coma) jusqu’à entrainer la mort de votre félin.

×