La vaccination du chat

Tout au long de sa vie, votre chat sera exposé à des maladies contagieuses. Il existe des vaccins contre plusieurs de ces maladies. Le premier vaccin peut s’effectuer dès deux mois, lorsque les anticorps de la mère ne protègent plus le chaton. Il est également possible de vacciner un chat plus tard.

Même un chat âgé ou qui ne sort pas peut être contaminé, n’arrêtez pas les vaccins parce que vous pensez que votre animal est trop vieux (sauf si son état contre indique tout vaccin, votre vétérinaire en discutera alors avec vous) !

Img 0828

Typhus et Coryza

Ces deux vaccins sont conseillés même pour un chat qui ne sort pas car le propriétaire peut porter le(s) virus sur lui, sur ses vêtements/chaussures et les rapporter chez lui.

T comme Typhus (ou Panleucopénie féline)

Nom du coupable : Parvovirus
Mode transmission : contact avec un animal infecté (transmission oro-nasale), objet souillé par un animal infecté, très résistant dans l’environnement. Transmission possible mère-fœtus lors de gestation.
Symptômes : douleur abdominale, diarrhée sévère, déshydratation, abattement et vomissement.

C comme Coryza

Nom des coupables : herpesvirus, calicivirus, chlamydia
Mode de transmission : oro-nasale et environnementale.
Symptômes : écoulement nasal, oculaire, râles respiratoires, abattement, parfois fièvre et anorexie (l’animal ne sentant plus ses aliments).

La leucose (FeLV)

La leucose féline est due à une infection par le virus leucémogène félin (FeLV). La transmission se fait par contact avec les sécrétions d’un chat malade : sang, urine, salive, larme, et lors de rapport sexuel. Il existe là encore une transmission de la mère au fœtus lors de gestation.

Cette maladie peut avoir une longue période d’incubation et se manifester tardivement. Les symptômes lors de la contamination sont généralement discrets. En revanche, la déclaration de la maladie entraine des symptômes graves qui aboutissent toujours au décès de l’animal : fièvre, maladies respiratoires, gastro-entérites, gingivites, tumeurs (lymphosarcomes), anémie, leucémie, etc. Il n’existe aucun traitement, seul la vaccination protège votre chat.

 

La rage

Cette maladie contagieuse est transmissible inter-espèce (y compris à l’Homme donc).

La rage est strictement surveillée, à ce titre en découle certaines obligations :

-tout chien/chat mordeur doit être mis en surveillance sanitaire : il faut effectuer 3 visites chez son vétérinaire le premier jour, le septième jour et le quatorzième jour.

-la vaccination contre la rage impose l’identification de l’animal au préalable et la création d’un passeport européen obligatoire lors de la première injection

-lors d’une première vaccination, un délai de 3 semaines doit être respecté avant tout voyage à l’étranger y compris vers les îles (telles que la Corse). De plus certains pays peuvent exiger un titrage en anticorps antirabique. Renseignez-vous bien avant le départ !

- Le vaccin est obligatoire pour les chiens de première et deuxième catégorie, tels que définies dans la loi 99-5 du 6/02/99.

-Un camping, un hôtel ou une pension canine/féline en France a le droit de vous l’exiger, même en zone indemne de cette maladie.

La France est indemne de rage, la vaccination n’est pas obligatoire, sauf dans les cas pré-cités, mais elle peut devenir localement et ponctuellement obligatoire lors de cas déclaré (souvent lié à une importation).

Le vaccin antirabique se fait en une seule injection la première année, suivie d'un rappel chaque année. Elle ne s’effectue que sur les chatons de 3 mois révolus ou plus, pas avant ! On l’effectue donc au second rappel de primovaccination. Le chaton doit évidemment être identifié et la création de son passeport européen est obligatoire pour y apposer la vignette de vaccination antirabique.

Quels sont les risques d’une vaccination ?

Votre chat peut présenter un abattement, une fièvre passagère, une inappétence, voire quelques vomissements dans les 24-48h suivant le vaccin.
Un léger nodule inflammatoire peut apparaître à la zone de la piqûre. En le massant doucement entre deux doigts, le nodule disparait en quelques jours (5 jours à maximum 15jours).
Un malaise, type « malaise vagale » et/ou une diarrhée qui se produit souvent juste en fin de visite et qui est plus souvent lié au stress de la visite du vétérinaire qu’au vaccin en lui-même.

Le risque qui fait peur c’est le choc vaccinal. Bien qu'extrêmement rare, il peut entrainer la mort de l’animal. Tachycardie, hypotension, perte de conscience, gonflement aigu, il s’agit d’une urgence vitale !!

Malgré ces accidents vaccinaux possibles, les vaccins modernes sont réalisés grâce au génie génétique, avec les mêmes critères de qualité qu’un vaccin pour humains. Il ne faut donc pas avoir peur de vacciner son animal, car la prévalence de ces maladies est bien supérieure aux risques encourus par la vaccination.